[UNS]

“UNS”, ‘nous’ en allemand, 3 garçons dans le jazz qui s’affirment comme éléments forts d’un trio,  réellement UNiS, pour un premier album très réussi ! Assemblage judicieux  de 3 artistes expérimentés qui mêlent leur talent pour notre (et leur ?) plaisir. Le germanique Karsten a prêté sa guitare aiguisée à la flûtiste N.Jalal, nourrit des spectacles de C.Carlson, de A.Jodorowsky, anime un groupe régulier : “Das rote Gras”, et donne des cours un peu partout dans le monde. Aussi à l’aise sur l’acoustique que l’électrique qu’il fait sonner avec la même virtuosité, sans esbroufe, paisible, sans paroxysme échevelé, mais sûr de son art avec de belles histoires à nous conter au creux de l’oreille, pour autant qu’elle soit attentive à ses nuances et digressions inventives. Benjamin a gardé la folie jubilatoire de son modèle : S.Murray, il a habité des enregistrements de D.Murray, O.Lake, R.Campbell… pardon du peu ! ça situe le niveau ! genre : pas facile de rester les fesses sur la chaise quand il se met à envoyer, pas un instant de répit de sa part. Toujours à l’écoute pour une réponse pertinente, il prolonge, anticipe, accompagne, propose… grosse présence sans en mettre partout, mais de la  finesse, en toute évidence, soupçonnons-nous d’utiliser des baguettes magiques ! Et puis, l’Antoine. qui nous a déjà épaté par sa verve imaginative avec “Pipeline”, son groove furieux chez “Hippie Diktat” (les 2 chez “Coax”, où il sévit régulièrement). Bon technicien de tous les formats de saxophone, il choisit ici l’alto. Un instrument à son image, capable de s’adapter à diverses géométries, styles, partenaires… Une énergie lyrique, un son, un phrasé très personnels, difficile à rapprocher de quelque courant ou modèle, électron libre capable d’irrésistibles élans furieux ou (comme ici) de charmeuses poésies rêveuses et narratives, parfois nerveuses, mais avec un emballement contrôlé dont émane une force évocatrice que l’on sent prompte à déborder du cadre choisi, mais non, Antoine est sage sur ce coup-là, maîtrise des pulsions pour garder les tensions dont l’imaginaire se nourrit.
Trois espèces de mousquetaires soudés par leur vision du chantier en cours, chacun apportant leurs outils et leur façon de les manier pour la construction d’une œuvre, d’un édifice mouvant et indéfini, reflet de l’ère où il s’inclut. Musique, non pas de bric et de broc, mais pluridisciplinaire : le Rock, le jazz, le Folk, le Contemporain font bon ménage grâce à un groove constant, des mélodies obsédantes, sobres mais chargées de joie, d’élan, de sens. Trio sans basse, l’espace est ouvert et aérien, le beat et les harmonies ne sont pas figés, liberté de penser et d’agir (à l’image du visuel : art naïf -mais pas tant que ça- plein de couleurs, gaieté, un bel équilibre malgré (ou grâce) le manque de cadre).
 Sont rassemblés des sons passés, qui forment la musique d’aujourd’hui, anticipant celle à venir, déjà présente, ça et là, dans l’air du temps en devenir. UNS,  Nous, tentative instinctive et permanente de la ré-union de ce qui est épars, annonciateur du besoin d’unisson que réclame la vie pour perdurer. Disque sans age et prophétique, indispensable pour les amoureux du Vrai, du Juste, du Beau ! 

Chez : MiRR3
Par : Alain Fleche

%d blogueurs aiment cette page :