Patrice Caratini, Alain Jean-Marie, Roger Raspail

Action Jazz reçoit énormément de disques chaque mois mais comment celui-ci a t-il pu échapper à ma vigilance ? Un bureau mal rangé certainement et remis en ordre pendant l’intermède du confinement. Et donc un an après me voilà en train d’écouter cette merveille de Tropical Jazz trio. Patrice Caratini, Alain Jean-Marie et Roger Raspail, on peut le dire sans les vexer, ne sont pas des débutants, ils ont même un sacré métier. Ils se connaissent depuis longtemps, on joué maintes fois ensemble en trio ou avec d’autres, partout dans le monde, toutes les musiques, les leurs, celles des autres. Ils n’avaient jamais pris le temps de se poser pour vraiment faire quelque chose ensemble. C’est le jeune label French Paradox – nom emprunté au monde du vin qui va si bien avec la musique – qui leur a un peu forcé la main. Et finalement ils n’attendaient que ça. En trois jours ils ont réussi à synthétiser leur histoire musicale pour nous offrir ce si bel album. 

Des compositions de chacun mais aussi d’Horace Silver, « Señor Blues », « The Cape Verdean Blues » , du Duke, « African Flower » mais aussi de Gainsbourg, « Couleur Café », Chaplin, « Limelight »et même le traditionnel « Temps des Cerises ». 

La palette de couleurs de ce trio puise ses sources dans les Antilles, les Caraïbes, l’Afrique… Boléros, mambos se mélangent avec le blues, le bop dans des arrangements originaux, la batterie habituelle des trios étant ici remplacée avantageusement par les percussions de Roger Raspail, ka, djembe et autres congas. Alain Jean-Marie a toujours cette efficacité rythmique, élégante et raffinée, son piano chante. Quant à Patrice Caratini il possède une réelle musicalité assortie à un son rond et profond. Et les trois s’entendent tellement bien !

Une agréable quiétude se dégage de cet album, reflet certain de la joie des musiciens d’être ensemble. On se prend à pénétrer dans la photo de la pochette, étendu à l’ombre des palmiers sur une grande plage quasi déserte. Merci messieurs, certes il a fallu attendre mais ça en valait vraiment la peine. 

Label French Paradox

Philippe Desmond

%d blogueurs aiment cette page :