De deux choses l’une, soit vous aimez la clarinette, soit vous ne l’aimez pas. Dans le premier cas ce double album est fait pour vous. Dans le second cas ce disque est aussi fait pour vous, pour vous faire changer d’avis !

Mais développons. Guillaume Nouaux n’est pas clarinettiste, c’est seulement un des meilleurs batteurs français de jazz, de jazz classique étiquetteront certains, mais il joue avec de nombreux autres musiciens du trio au big band et des clarinettistes il en accompagne souvent . Et un jour par hasard il est tombé sur deux vieux disques de son prestigieux ancêtre batteur Zutty Singleton intitulés « Zutty and the Clarinet Kings » vol 1 et 2. « Et si je faisais la même chose ? » s’est-il mis à rêver et c’est ainsi qu’a démarré ce projet un peu fou, réunir sur un même album 11 des meilleurs clarinettistes actuels et les faire jouer uniquement en trio clarinette, piano, batterie, pas de contrebasse. Voilà donc un album avec une combinaison de trios infinie, ou presque, mêlant les clarinettistes Aurélie Tropez, Evan Christopher, Engelbert Wrobel, Eiji Hanaoka, Antti Sarpila, Lars Frank, David Lukacs, Esaie Cid, Jérôme Gatius, Franck Roberscheuten et Jean-François Bonnel aux pianistes Luca Filastro, Alain Barrabès, Harry Kanters et Jacques Schneck, Guillaume monopolisant, égoïstement et pour notre plus grand plaisir, la batterie. J’avoue, je ne les connais pas tous, loin de là, mais après plusieurs écoutes je commence à percevoir les différences de style. Attaques différentes, velouté chez certains, nervosité chez d’autres, suavité ou énergie, le doux boisé de l’instrument restant le dénominateur commun. Répertoire des plus classiques dans le genre avec des standards de Fats Waller, Gershwin, Gene Krupa, Cole Porter mais aussi des compositions de certains. 24 titres dont deux échappent à la règle du trio, les clarinettistes devant être en train de reposer leurs anches, pour lesquels Guillaume Nouaux et Jacques Shneck ont adapté en duo le légendaire « Moanin’ » de Bobby Timmons et « Broadway » ; deux intermèdes délicieux.

Plaisir du swing, du blues, du stride, des ballades romantiques nous voilà partis pour près de deux heures hors du temps grâce à ces rois de la clarinette et leur fou qui a eu le culot de mener son rêve jusqu’au bout. Et je vous laisse découvrir sur le livret cette photo hilarante de Guillaume Nouaux en train de souffler dans une clarinette…

Et je ne peux terminer cette chronique sans espérer que « là-haut » Michel, il se reconnaîtra, écoute cet enregistrement de son instrument favori. Que ça swingue au Paradis !

Par Philippe Desmond

2CD + livret 8 pages

Sortie le 28 novembre 2019. Produit par www.guillaumenouaux.com

%d blogueurs aiment cette page :