Something

Fine et portée, sûre, claire, cristalline même, qui swingue à l’envi, pouvant aussi aisément aller dans les aigus que dans les graves, avec de beaux vibratos, voilà pour présenter la voix d’Anne Ducros, qui nous livre dans son dernier album “Something” une interprétation toute personnelle de quelques grands standards jazz ou pop dont nous avons tous en mémoire la version originale. Elle s’est donc aventurée après les plus grands interprètes et, aussi difficile que cela puisse être, elle nous réserve là de belles surprises comme oser avec brio l’une des techniques vocales les plus complexes, à savoir le scat, notamment sur le titre “Honeysuckle Rose” qu’a composé Thomas “Fats” Waller avec des paroles pour le moins osées, pleine de sous-entendus de Andy Razaff, ou encore sur le titre “Nuages” de Django Reinhardt pour la musique et Jacques Larue pour les paroles dont Anne sublime véritablement la délicatesse mélodique du thème. 
Et qui de plus imprégné de l’oeuvre de Django et du jazz manouche pouvait interpréter ce magnifique morceau? Adrien Moignard bien sûr, lequel se montre dans ce disque d’une grande technique et, contrairement à ce que j’ai pu lire dans les critiques de ses débuts, je n’ai trouvé aucune froideur dans son jeu mais au contraire une grande sensibilité.
Quant au troisième homme de ce trio, le contrebassiste Diego Imbert qui a fait partie pendant près de dix ans du trio de Didier Lockwood, il m’est apparu un peu discret, timide au début, mais peu à peu, il prend sa place tranquillement pour exprimer sa personnalité et participer magnifiquement à l’harmonie. Dans “I didn’t know what time it was” par exemple, il a un jeu très aérien, faisant montre de légèreté, presque d’insouciance qui font qu’on se sent tout léger, apaisé en l’écoutant. 
Anne Ducros et ses deux compères se montrent au final trois excellents musiciens inspirés, sachant tirer de leurs instruments respectifs des sons d’une grande expressivité. Ils jouent, communiquent, construisent ensemble, en fait se complètent, mélangeant des arrangements modernes et originaux de standards de jazz, de chansons pop.
Ils nous offrent également dans cet album une belle version de “Something” des Beatles, avec la clarté de la guitare d’Adrien Moignardet la contrebasse de Diego Imbert qui montre là un jeu tout personnel se mêlant, s’entremêlant, avec la guitare et la voix.
J’avoue aussi être resté longtemps sous le charme de la grâce et de la souplesse exprimée dans “Estate“.
En bref, cet album nous emmène dans un magnifique voyage avec une musique qui peut se montrer lascive ou au swing impressionnant. Anne Ducros , avec cet album “Something”, prouve une nouvelle fois qu’elle a le talent des grandes chanteuses de jazz.

%d blogueurs aiment cette page :