Born Now

Hus­sam Ali­wat, oud
Sary Khalifé, violoncelle
Raphaël Jouan, violoncelle
Nicolas Goussot, batterie

Hussam Aliwat est un jeune virtuose autodidacte. Il découvre le Oud à 12 ans et arrive à Paris en 2011 où il hésite entre musique et cinéma (dont l’influence est perceptible dans l’album). Très vite la maitrise peu académique de son instrument, au service de son incroyable créativité, le fait sortir de l’anonymat. Pour cet album 2 violoncelles, une batterie et un piano viennent complexifier et enrichir la palette sonore. Le groupe formé 2016, se compose d’Hussam Aliwat avec ses deux amis les violoncellistes Sary Khalife et Raphaël Jouan, bientôt rejoints par le batteur Nicolas Goussot qui signent collectivement les arrangements.

De ce premier album, il émane une force dramatique qui ne peut pas laisser indifférent. Dès les premières mesures Hus­sam Ali­wat plante son décor. Le son de son Oud est puissant, presque dérangeant, chargé de tensions, de colère et de passion. Une sorte de course poursuite haletante, digne d’un Hitchcock, s’engage comme si la mort était aux trousses.

Les saveurs de l’orient sont présentes mais déformées comme des ombres souvent inquiétantes qui s’étirent sur le sable au couchant. Un orient d’aujourd’hui, confronté au chaos, au danger, à l’exil et à l’espoir.

Puis soudain tout se calme et le piano résonne comme une d’oasis de douceur , une cascade de fraicheur, comme la promesse d’une aube nouvelle, d’une naissance.

Puis à nouveau les sonorités s’entrecroisent, se mêlent, où l’on peut percevoir d’autres influences, du Heavy métal au jazz à la Grapelli…

C’est une explosion d’univers, d’émotions, d’énergie et de créativité. Souhaitons une belle vie à “Born Now” et succès à ce magnifique musicien.