« Puppet Dance »

Ce qui est marquant c’est que dès l’ouverture du disque un son chaud vous enveloppe. Les coupables , la guitare de Sébastien Lanson et l’orgue de Damien Argentieri. Derrière, parfois même devant, la batterie de Benoist Raffin vient donner du nerf à cette volupté musicale. Incontestablement le Colver Trio a une patte. 

Créé en 2018, le trio nous propose son deuxième opus après « Harvest ». Les trois amis se partagent les huit compositions, chacun mettant ainsi sa personnalité au service des deux autres ou l’inverse. Ceci donne une atmosphère variée, toujours élégante puisant dans le blues, le rock parfois, le romantisme dans les ballades, mais, il le revendiquent, avec un ADN 100% jazz. La liberté, les improvisations sont là, jamais vaines. La guitare se laisse alors aller à des sons plus électriques, l’orgue va chercher dans les basses profondes ou les couleurs de Keith Emerson, et toujours cette batterie nerveuse dynamitant le tout.

Mélodies, harmonies, rien n’est laissé au hasard et ainsi le disque séduit dès la première écoute. Dans la couleur du clover, le trèfle, voilà une tierce majeure !

Philippe Desmond

Green Nose productions GNP 002

%d blogueurs aiment cette page :