Symphonic Tales

Gaya Music

Par Patricia Martin

Le saxophoniste Samy Thiébault se nous propulse cette fois-ci dans un répertoire symphonique qu’il marie au jazz, sacré pari et pari “sacré” pour ce jazzman inspiré que de conjuguer ces 2 univers. L’Orchestre Symphonique de Bretagne et Aurélien Azan Zielinski, jeune chef de qui n’en est pas à sa première expérience avec des jazzman, ont relevé ce défi.

Samy Thiébault nous embarque dans l’univers épicé et mythique d’un orient indien au delà des clichés dont les sonorités parfois épiques auraient fait palir d’envie les réalisateurs des certains grands films hollywoodiens du 20ème siècle. De références induites ou rêvées à certains clins d’oeil perceptibles : Horace Silver au début d’Elevation, Jean Renoir dans Diwali par exemple, l’ensemble est irrésistible. Les compositions qui s’appuient parfois sur des mélopées et des rythmes indiens, comme autant de chants sacrées sans frontières, nous enveloppent et nous propulse vers la transe et le divin. Cet imaginaire musical est servi magistralement par la magie suave du saxo de Samy Thiébaut, la douceur de la batterie subtile et en élégante de Philippe Soirat et la force de l’orchestration. Le swing vibrant, à la rythmique précise s’entremêle à des pièces symphoniques puissantes pour notre plus grand bonheur !