La Nouvelle Expérience/The New Experience/LOGUSLABUSMUZIKUS

MARIO ALLARD : sax sp alt& cl / BENJAMIN DESCHAMPS : sax sp tn & fl / SAMUEL BLAIS : sax sp & cl bs / JACQUES KUBA SEGUIN : trp / THOMAS MORELLI-BERNARD : trb / FELIX STUSSI : pn / ALAIN BEDARD : cb / MICHEL LAMBERT : dr

Fin 2020, l’époque est très compliquée pour les indépendants créateurs-interprètes : se rencontrer, travailler, trouver de nouvelles pistes de diffusion… Heureusement, pour certains, pas question de baisser les bras, ni seulement de faire le dos rond, mais bien de profiter de cette sombre période pour être plus créatif, Actif, ré-actif que jamais ! Et voila ce bon vieux AUGUSTE LE PREZ , (directeur de « Effendi », directeur musical-artistique de plusieurs formations, investi de ses responsabilités humaines, envers les musiciens qui lui ont toujours fait confiance ; il s’agit bien de Mr Alain Bédard, magnifique contrebassiste compositeur qui dévoue à son art, de si nombreuses heures .) qui endosse son beau costume de clown céleste, plein d’étoiles et de paillettes, fait claquer sa baguette magique de folle musique pour préparer ses animaux fous à un nouveau tour de force magistral, et en route pour une « Nouvelle Expérience » ! Démarre un gros travail de répétitions pour mettre en place le projet : enregistrer un concert virtuel à diffuser sur le Web, le distribuer, en espérant bien un jour lancer la machine dans l’espace temps international… Pari tenu ! L’orchestre vient de sillonner la planète, est passé par Paris (Nous les attendons en Gironde pour la prochaine tournée ?!?) reparti au Canada, où la vie musicale se poursuit pour chacun de ces merveilleux musiciens.
Voici une formation, issue du « Auguste Quartet » de Alain Bédard, nous y retrouvons les 4 éléments d’origine (Mario, Félix, Alain et Michel) auxquels se sont joints 4 autres soufflants, élargissant la palette sonore et la possibilité de géométrie du nouvel ensemble. Et ce bougre de Alain s’y emploi de son mieux ! Logus- labus- muzikus, mais quel immense contrebassiste joue à cache-cache derrière les compos somptueuses d’Alain, les arrangements soyeux et rugueux, qui paraissent aller de soi, lorsque que l’on a oublié le côté « casse-gueule », tout en chausse-trappe des compos jouées par les interprètes qui ont fait fi en bataillant de toutes les difficultés de ce répertoire exigeant… Oui l’ombre immense du grand Charles Mingus, plane et déborde de chaque note, on le sent, sourcil froncé, lèvres pincées par une intense concentration, avant que d’exploser de son rire tonitruant de la bonne blague qu’il vient de faire à son auditoire, grâce à la rectitude et aux libertés de ses comparses non moins attentifs à chaque intonations prévus ou soudainement proposées par l’ensemble, ou un, ou plusieurs, magie! Et ils y vont tous de bon cœur, joyeux, virevoltant, précis, généreux. Tous au plus haut de leur désir de (très) bien faire. Peu importe qui fait quoi, à qui ce chorus enjoué, d’où cette déchirante plainte, et ce rebondissement… On sent bien que c’est parce que « tous ensemble  » que la belle mécanique ronronne, nous cajole et nous surprend.
Du grand art nous est proposé ici, de la conception d’association des 1ères notes juxtaposées , jusqu’au résultat homogène de la musique, à la fois tirée au cordeau, et pourtant libre de bien des codes superfétatoires… Joli cadeau à faire, et à se faire!

Chez : EFFENDI
Par : Alain Flèche

%d blogueurs aiment cette page :