Plein soleil

Le retour des beaux jours, la douceur des longues soirées que l’on pourra bientôt de nouveau partager déconfinés… voilà qui donne envie de se bouger. Alors, ne faites pas le voyage chez le disquaire à moitié, nous avons deux projets pour prendre deux fois plus de plaisir à bouger son corps ! c’est parti.

L’album « Plein soleil » composé par Don Billiez (le père, alias Michel Billès) et produit Arthur Billès (le fils) est bien dans l’esprit (le Saint Esprit donc, il ne manquait que lui) de tout ce qu’il nous faut à la sortie de l’hiver, à savoir du groove, du funk, des cuivres, des rythmes chauds, bref le plein de soleil.

Vous allez donc être servis, et même copieusement servis les amis.

Tout jeune, Michel Billès étudie le saxophone, et s’initie à la guitare et aux percussions et, à tout juste 21 ans il rencontre Nino Ferrer qui l’engage dans son groupe. Au début des années 80, il croise le groupe sénégalais Touré Kunda et part en tournée avec eux à travers l’Europe, l’Afrique, les USA et le Japon durant 5 ans. Sideman d’Alain Bashung et partageant durant 12 ans la scène aux côtés de Paul Personne, Don Billiez se nourrit de rencontres musicales de tous horizons.

Naturellement, ce « Plein soleil », regorge d’influences pop, rock, afro-soul et funk, qui, au travers des 12 titres, raconte en musique autant de souvenirs, d’histoires ou d’anecdotes.

Pour ce cinquième album, il partage la signature de plusieurs titres avec son fils (batterie / basse / guitare / piano rhodes) batteur et une fanfare joyeuse qui nous invite à la fête (Franck Lamiot : orgue Hammond, Cyril Peron Dehghan : guitare, Philippe Anicaux: trompette / trombone/tuba : Christophe Allemand : sax baryton).

Le tout commence avec « The sweetness of spring », une rythmique soul au tempo exaltant où le chanteur Dimoné slamme en l’honneur des beaux jours retrouvés.

« It’s Time to Go! (vamos) » est écrit en hommage à Eddy Louis, comme une conversation sax tenor et orgue Hammond dans la moiteur du Petit journal Montparnasse. « Gri-gri », « Noailles is Innocent » et « Retorn a Barcelona » mélangent les tambours d’Afrique et le souffle des cuivres.

« Dandy », « El Boqueron » (anchois mariné au sel) et « Massilia Soul Dance » témoignent de la légèreté du propos et de l’attachement de Michel Billès à sa terre méditerranéenne, mais ce dernier sait aussi dénoncer en rap, (« Laissez les enfants jouer ») l’exploitation des enfants esclaves dans les mines.

En résumé, « Plein soleil » est une fusion jazz soul exaltante, très seventies et fortement cuivrée, où instrumentaux et chansons nous embarquent vers des contrées généreusement ensoleillées.

B’S Prod
Sea, jazz and fun !

Vince

%d blogueurs aiment cette page :