ENCRE(S) SONORE(S)

Enregistré ‘Live’ (avec et sans public), c’est une performance : 2 musiciens et un plasticien. J.Behar : touche à tous les styles, travaille avec G.Orti, S.Coleman, H.Texier, F.Corneloup, et participe à nombres de projets farfelus, héteroclites et inatendus, souvent éphémères, mais jamais anodins. Il croise fréquemment S.Decolly, que l’on entend auprès de S.Coleman, F.Jeanneau, J.Léandre, F.Pallem, l’ONJ, Freaks… Bref, ce ne sont pas des ‘petits joueurs’. Quant à C.Forget : outre une présence assidue dans quelques galeries réputées, il est rompu à l’expérience de la performance collective, et puis les 3 compères ne sont pas à leur coup d’ essai ensemble. Ses peintures et gravures définissent : « …une recherche d’origine… une mémoire collective enracinée au fond de chacun de nous… thème de la nature fascinant…idée constante de lumière…dualité/complémentarité, homme/animal… ». Aucun trait n’est dû au hasard, réflexion permanente sur le sens du geste… définition même de l’artiste vrai !
A propos de réflexion : est-ce la musique qui induit le dessin, ou le tableau qui anime les musiciens ? Gageons que l’œuvre se construit de concert ! S’il nous manque le visuel de l’évolution graphique instantanée, nous reste la musique. Se suffit-elle à elle-même ? Pour ceux qui en doutent, à eux de s’imaginer des contours de rêves, dessins infinis, paysages inconnus, voyages sans garde-fous… L’exercice est aisé tant le son est précis ! On retrouve dans les phrases musicales des traits, des courbes, des lignes claires, ou grasses, de l’espace et du mouvement ; beaucoup de douceur poétique dans leurs jeux communs, mais souvent, une douceur ambiguë, grave, une douceur un peu sombre,mystérieuse,  presque inquiétante. On sent une grande concentration entre les 2, assurément entre les 3… Soyons le 4ème élément qui observe et jouit de cette construction intime qui lui est destinée, et se reconstruit à chaque écoute.
Vous doutez encore ? Rassurez-vous, même si vous avez des difficultés à sentir les traits, hachures, pleins et finesses qu’évoquent la musique, oui la musique est définitivement passionnante de bout en bout de la galette porteuse d’une ambiance secrète finalement très touchante, faite de compositions attachantes et d’impro. toujours intéressantes qui semblent s’adresser à chacun de nous en particulier, ce qui les rend universelles, intemporelles … et indispensables ! A nous les pinceaux !

JULIEN BEHAR : Sax Alto, Fx, Electronics
STEPHANE DECOLLY : Basse, Fx
CHRISTOPHE FORGET : Pinceaux

Chez : ZEi INOUÏ
Par : Alain Fleche

%d blogueurs aiment cette page :